Article paru dans notre lettre d'information du 23 janvier 2020

CAO.fr : le changement dans la continuité chez TraceParts

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler de CAO.fr dans le clin d’œil de cette semaine ! En effet, l’ami Denis Lourme, a décidé de faire valoir ses droits à la retraite, et c’est TraceParts, spécialiste du contenu numérique 3D pour l’ingénierie, qui reprend l’ensemble des activités de la société MA-CAO.fr. J’ai donc demandé à Gabriel Guigue, Directeur Général et co-fondateur de TraceParts, de nous expliquer les raisons de cette acquisition et la stratégie qu’il entend mettre en place pour développer ces activités.

 

En effet, l’ami Denis Lourme, qui a créé en 2004 le portail d’information francophone dédié au PLM CAO.fr, a décidé de faire valoir ses droits à la retraite, après une longue carrière au cœur de ce secteur d’activité. C’est TraceParts, spécialiste du contenu numérique 3D pour l’ingénierie, qui reprend l’ensemble des activités de la société MA-CAO.fr, leader des actualités francophones pour la CAO, le PLM et le BIM, plus connu à travers ses sites CAO.fr, BIM-actu.com et CAO-formation.com. (Voir le communiqué)

Gabriel Guigue, Directeur Général et co-fondateur de TraceParts, nous a expliqué les raisons de cette acquisition et la stratégie qu’il entend mettre en place pour développer ces activités.

« Tout d’abord, je tiens à rassurer les utilisateurs et abonnés des sites et des newsletters de MA-CAO.fr. On veut pérenniser et développer le contenu, l’offre et les abonnés de ses supports en en assurant une forte promotion, grâce aux équipes marketing de TraceParts. Mais si nous mutualisons les moyens, nous conserverons la spécificité de MA-CAO.fr. En effet, alors que les visiteurs du site TraceParts consomment essentiellement du téléchargement de modèles 3D, ceux des sites de MA-CAO.fr consomment des communiqués de presse, des articles, des webinaires ou du référencement de produits et de services ».

Il faut dire que les deux acteurs se connaissent bien, car il existe déjà une passerelle entre les deux sites depuis 8 ans, puisque l’ensemble des catalogues TraceParts est disponible sur le site CAO.fr. Tandis que le site TraceParts agrège les dernières actualités publiées par CAO.fr via un flux RSS.

TraceParts, un poids lourd du contenu 3D en ligne

« TraceParts est un fournisseur de contenu 3D pour l’ingénierie, basé à Saint-Romain-de-Colbosc près du Havre (76), qui emploie 70 personnes en France, mais aussi en Allemagne, en Italie, en Turquie, au Brésil, en Chine et aux USA. Notre cœur de métier reste la création et la diffusion de catalogues 3D de composants standards industriels et du bâtiment. Notre audience est constituée de plus de 3,8 millions de professionnels, dont seulement 15 % de francophones, qui se sont inscrits sur notre site traceparts.com depuis son lancement en 2001. Nous leur proposons 820 catalogues, regroupant 120 millions de références de produits industriels disponibles dans plus de 70 formats de CAO 2D et 3D. Le site, disponible dans 25 langues, génère plus de 80 millions de pages vues par an ».

Il faut dire qu’en 20 ans, le monde des fournisseurs de contenu 3D dans le domaine des composants standards, est passé d’une multitude d’acteurs à deux acteurs globaux au niveau mondial, TraceParts et l’allemand Cadenas, et à quelques acteurs régionaux en Chine, aux USA et en Scandinavie.

Les catalogues 3D au cœur du business model

« L’offre TraceParts s’articule à la fois autour de la création et de la diffusion de catalogues qui, après intégration dans une API très riche, forment une donnée que nos clients et nos partenaires peuvent consommer, sans avoir besoin de passer forcément par notre interface utilisateur. Ainsi des éditeurs, comme Dassault Systèmes à travers son offre PartSupply, ont indexé l’intégralité des catalogues de TraceParts et restituent cette information à leur façon sans avoir aucun pixel provenant des serveurs TraceParts dans leur interface utilisateur. Des fabricants de composants, tel Schneider Electric, utilisent la visualisation et le téléchargement 3D de TraceParts pour leur e-commerce, de même que des distributeurs de composants, comme RS Components, qui utilisent notre API pour accéder à l’ensemble des données produits disponibles dans notre plate-forme, de façon à ne pas avoir à recréer eux-mêmes ou à demander à leurs fournisseurs les modèles CAO des composants qu’ils revendent ».

L’utilisation de la technologie TraceParts est d’ailleurs signalée sur les sites de ces entreprises sous la forme Powered by TraceParts ou Publisher TraceParts. Un système parfaitement rodé puisque le mois de décembre 2019 a enregistré plus de 48 millions d’appels à l’API de TraceParts.

Une complémentarité sur le service marketing numérique

Le cœur de métier de TraceParts est cette offre de catalogues 3D mis à disposition des concepteurs, dont le modèle économique est basé sur le financement par les marques du service marketing que constitue la création de catalogues de leurs produits, pour faire gagner du temps et de la qualité à leurs clients dans la conception de leurs équipements. Mais il existe aussi depuis 10 ans chez TraceParts une activité de ‘‘Digital Marketing Services’’ à travers des e-mailings, des newsletters et des bannières, proche de l’offre de MA-CAO.fr.

« Nous avons jugé que cette dernière était plus complémentaire que concurrente, et c’est pourquoi nous avons décidé de la reprendre. De plus, nous considérons que l’offre CAO.fr est un laboratoire qui nous permettra à terme d’agréger sur le site traceparts.com d’autres types de contenus éditoriaux, de référencement de produits pour lesquels la partie 3D est complètement optionnelle. Aujourd’hui, alors que l’on maitrise tous les arcanes du 3D, nous ne référençons pas sur la plate-forme traceparts.com un fournisseur de services ou de formations PLM. Choses que CAO.fr sait parfaitement traiter ».

Evoluer sans bouleverser

« A court terme, il n’y aura pas de changements majeurs en 2020, les trois sites CAO.fr, BIM-actu.com et CAO-formation.com vont rester tels qu’ils sont, puisqu’ils ont été complètement remis au gout du jour il y a moins de 18 mois sur une robuste plate-forme CMS. En revanche, nous allons développer les liens entre ces trois sites pour que le contenu référencé sur l’un soit facilement trouvable depuis les autres. Et surtout nous allons travailler le référencement de ces contenus pour que la fréquentation augmente, et assurer la promotion de l’ensemble de l’offre de ces trois sites auprès de nos 150 000 utilisateurs francophones inscrits ‘‘opt-in’’ (n.d.l.r: ayant accepté de recevoir de l’information en conformité avec le Règlement Général sur la Protection des Données - RGPD) sur la plate-forme traceparts.com, soit un décuplement potentiel de l’audience. Ce qui devrait très rapidement faire croitre le nombre d’abonnés à la newsletter CAO.fr ».

Une palette de newsletters

La newsletter CAO.fr, avec un contenu éditorial très riche dans de multiples secteurs, sera d’ailleurs à terme déclinée dans des versions thématiques pour mettre plus en avant l’actualité, les événements ou les formations. Ce qui devrait accélérer le trafic sur les sites pour en augmenter significativement les métriques (pages vues, temps passé, taux de clics…), qui sont déjà très bons.

Gabriel Guigue, Directeur général de TraceParts, entend développer les activités des sites et newsletter CAO.fr, BIMActu.com et CAO-formation.com, pour renforcer son offre de services de marketing digital.
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Parallèlement, TraceParts conservera ses propres newsletters. L’une générique cross-catalogues annonce tous les mois les nouveaux catalogues disponibles. Plusieurs newsletters verticales proposent du contenu éditorial et 3D pertinent : Impression 3D et Fabrication Additive ; Salons (Foire de Hanovre ; SPS ; Motek ; Electronica) ; Secteurs spécifiques (machine spéciale ; automobile).

L’auditorat de CAO.fr est perçu par ses annonceurs comme étant des influenceurs et des décideurs en termes d’achats, typiquement des patrons de bureaux d’études. Il est donc fortement complémentaire de celui des newsletters de TraceParts.

Personnaliser l’information

A plus long terme, TraceParts, fort de sa maitrise des nouvelles technologies de traitement des données, va automatiser le processus de publication et de référencement des informations sur les sites de MA-CAO.fr, aujourd’hui manuel, pour pouvoir en publier plus.

« Nous souhaitons aussi renforcer les interactions possibles entre les utilisateurs des sites pour conforter l’aspect communautaire, tout en en assurant la modération. Déjà l’analyse de la grande volumétrie de données comportementales que nous traitons, nous permet de personnaliser la communication que nous proposons à nos visiteurs. Ainsi les bannières de notre propre site sont contextualisées en fonction des mots clés présents dans la page sur laquelle vous naviguez. Tout le monde ne voit donc pas les mêmes bannières. Nous sommes déjà totalement dans le Big Data et le Machine Learning pour arriver à faire un profilage de nos utilisateurs, qui est un mixte de ce qu’ils nous ont déclaré lors de leur inscription (condition pour avoir le droit de télécharger gratuitement des modèles) et des données que l’on va extraire de leur comportement (pages vues, temps passé, téléchargements, recherches…) ».

On le voit, CAO.fr est plus que jamais, avec son entrée dans TraceParts, au cœur des technologies novatrices de la communication digitale.

Pour en savoir plus : http://www.cao.fr/ & https://www.traceparts.com/fr/

Ingénieur de formation (ENIM) et journaliste professionnel depuis 1981, Jean-François Prevéraud a participé à de nombreux journaux et lettres d'information (Bureau d'Etudes, CFAO Synthèse, SIT, Industrie & Technologies, Usine Nouvelle...) comme journaliste, rédacteur en chef adjoint ou rédacteur en chef.

En retraite depuis février 2017, Jean-François veut que celle-ci soit active. C’est pour cette raison qu’il reste informé de ce qui bouge dans le PLM dans son sens le plus large (CFAO, Simulation Numérique, Impression 3D, Usine du futur, Réalité virtuelle et augmentée…). Il contribue désormais à notre lettre d’information pour commenter l’actualité que nous publions ou celle qu’il a pu glaner dans les évènements qu’il continue à suivre.

Vous pouvez accéder ci-dessous à ses derniers articles.