Article paru dans notre lettre d'information du 18 décembre 2018

MondoBrain : l'Intelligence Augmentée résout des problèmes industriels

Petite promenade dans le monde de l’Intelligence Artificielle cette semaine avec la rencontre de MondoBrain, société française qui propose des méthodes et des outils basés sur l’algèbre géométrique pour aider des entreprises à résoudre des problèmes industriels complexes, en combinant intelligences artificielle, humaine et collective, sous le vocable d’Intelligence Augmentée.

L'Intelligence Artificielle est le Buzz Word à la mode et semble, en théorie tout au moins, capable de résoudre les problèmes industriels les plus complexes sur lesquels les ingénieurs se cassent les dents. C’est peut-être pourquoi la société française MondoBrain, fondée en 2014 par Augustin Huret, préfère-t-elle parler d’Intelligence Augmentée. « Ce que nous qualifions d’Intelligence Augmentée est une combinaison judicieuse des intelligences artificielle, humaine et collective, pour résoudre des problèmes complexes », explique Bruno Saint-Cast, directeur marketing de l’entreprise. Voilà résumées en quelques mots plus de 300 années/hommes de R&D !

L’algèbre géométrique

Cette discipline mathématique permet d’attaquer sans hypothèse préalable, toutes les données disponibles afin de trouver de manière exhaustive toutes les combinatoires qui font sens pour en isoler les meilleures, et formuler des recommandations. Grâce à l’usage de ces technologies, MondoBrain peut travailler à partir de données en faible nombre ou non exhaustives, sur des signaux faibles ou hétérogènes.

L’histoire commence au début des années 90, lorsqu’Augustin Huret (diplômé de l’X en 1993) commence sa carrière de chercheur au laboratoire de mathématique de l’Ecole Polytechnique, sur des algorithmes capables de résoudre des problèmes industriels complexes. Disciple d’Alexandre Grothendieck, médaille Fields 1966, il a l’intuition d’utiliser l’algèbre géométrique, une branche contemporaine des mathématiques consistant à associer une géométrie à une structure d'algèbre (voir encadré), pour résoudre en 1991 un problème de fuites radioactives pour le CEA à l’aide d’un super-calculateur Cray 2. Cela lui permet de découvrir rapidement les variables d’occurrence des fuites, cachées dans des millions de données, alors qu’il n’y avait eu que sept incidents.

De Pertinence à MondoBrain

Après avoir travaillé pour de nombreux industriels, il finira par créer en 1999 Pertinence, société dédiée à la résolution des difficultés de process industriels, dont les produits seront utilisés par Airbus, MBDA, Boeing, Sanofi, etc. Pertinence sera vendue à Dassault Systèmes en 2004. Cela lui permet de fonder en 2005, HyperCube spécialisée dans les outils de gestion du Big Data pour les Datascientists. La partie analyse financière, appelée AlphaCube, sera vendue à la Société Générale en 2008 et le reste des activités à BearingPoint en 2011.

Suite à la demande en 2014 d’une agence fédérale américaine pour un outil d’analyse basé sur l’Intelligence Artificielle qui soit accessible à des utilisateurs métier, Augustin Huret va créer MondoBrain fin 2016. Une société française qui va bénéficier de la croissance exponentielle des capacités de calcul rendue possible par le développement du Cloud.

C’est bien l’un des crédos de MondoBrain, démocratiser l’usage des outils intelligents. « Sans être un Datascientist, chaque collaborateur qui apporte ses connaissances et expériences est, non seulement partie prenante dans la construction de l’analyse du problème, mais aussi dans le choix de la décision finale collective », explique Bruno Saint-Cast. « De fait, l’outil devient un outil transverse de management de la décision en ouvrant les dialogues autour des données en permettant le partage des intuitions et la validation de la décision ».

De la boite noire à la boite de cristal

Augustin Huret nous explique ce qu’est l’Intelligence Augmentée

Pour cela, MondoBrain gomme l’effet boite noire qui entache bien souvent les technologies de l’Intelligence Artificielle, en assurant une traçabilité intégrale de chaque étape de l’élaboration de la décision. Les résultats sont ainsi immédiatement compréhensibles et accessibles pour agir de manière non controversée. « Trop souvent pour l’entendement humain le côté boite noire de l’Intelligence Artificielle nuit à son usage. La décision a beau se vérifier comme étant la meilleure de façon empirique, à quoi peut-elle servir si elle reste inexplicable ? », estime Augustin Huret. « On a tous besoin d’une recommandation justifiée qui conduise à une décision légitime, traçable par les règles qui ont conduit à la construire. L’important est de comprendre et documenter les échanges par l’expertise de chacun des intervenants pour prendre la décision optimale. Ce doit être une boite de cristal ». C’est ce que propose MondoBrain à travers son approche d’Intelligence Augmentée, en facilitant la collaboration entre l’homme et la machine.

Mettre sous la forme d’un tableau de bord intuitif le fruit de la collaboration entre intelligence artificielle, humaine et collective pour arriver plus rapidement à la bonne décision dans des environnements complexes en perpétuelle évolution. Doc : MondoBrain
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Une collaboration qui passe par une interface utilisateur offrant, à travers un tableau de bord interactif et partageable, une vue synthétique du problème à résoudre. Il est alors possible de faire interagir les données pertinentes, en fixant des plages de dispersion, juste par expérience métier sans connaissance en Data Science. « L’utilisateur opérationnel connaissant son métier bénéficie ainsi des outils mathématiques les plus avancés en ayant simplement l’impression de jouer à un jeu vidéo ! », s’amuse Bruno Saint-Cast.

Une interface décisionnelle claire

Pour cela, les consultants de MondoBrain mettent en place avec les utilisateurs une arborescence de KPI (Key Performance Indicator, ou indicateurs clés de performance), afin de visualiser de manière intuitive tous les indicateurs clés d’un problème. Chaque indicateur est rassemblé dans un tableau de bord où l’on peut cibler un ou plusieurs indices de résultats. Un simple clic permet alors de rechercher parmi la multitude de données cachées derrière chaque indicateur, les combinaisons les plus pertinentes afin de proposer à l’utilisateur une recommandation documentée et partageable. Les relations entre les causes et les effets apparaissent clairement, de manière facilement compréhensible par tous, pour orienter rapidement un décideur vers des actions précises allant dans le sens du résultat souhaité.

L’Intelligence Augmentée pour quoi faire ?

Tous les secteurs de l’activité humaine où il faut prendre des décisions sont concernés. Dans le domaine industriel ce sont évidement les aspects qualité de production qui sont en pointe, mais la R&D et la conception sont aussi visées en combinant par exemple des résultats expérimentaux avec ceux de simulation numérique.

L’utilisation de l’algèbre géométrique permet d’aller considérablement plus loin que les traditionnelles statistiques pour les problèmes complexes. « Avec les statistiques, les analystes modélisent des hypothèses en se posant la question : si je change tel paramètre à mon jeu de données, que se passe-t-il ? Puis ils font tourner leur modèle pour valider ou invalider leurs intuitions initiales. Cela revient à rechercher une clé perdue dans une rue noire sous la seule tache de lumière de l’unique réverbère ! L’algèbre géométrique permet d’aller considérablement plus loin en trouvant les plages optimum et en expliquant pourquoi. On est dans une démarche prescriptive, ce qui est une véritable révolution », explique Augustin Huret.

Et c’est d’autant plus facile que, placés au-dessus des traditionnels systèmes d’information, les outils d’Intelligence Augmentée ne nécessitent pas de coûteux projets d’intégration IT ou de ré-engineering de processus. Ils se nourrissent des données, même partielles ou hétérogènes, qui sont disponibles dans les différents outils de l’entreprise. Des solutions qui sont disponibles en mode SaS via Internet ou en mode Premise sur les serveurs des utilisateurs.

Jouer la collaboration entre la science et les équipes

On voit bien que l’Intelligence Augmentée permet d’aller beaucoup plus loin que la simple visualisation de données existantes et la projection à partir de l’existant. En combinant les outils mathématiques les plus performants avec l’intelligence humaine et collective, porteuse de l’expérience et des intuitions, cela devient un véritable outil d’exploration d’environnements complexes en perpétuelle évolution, permettant de prendre la meilleure décision possible à chaque instant.

« Plutôt que d’opposer Intelligence Artificielle, Humaine et Collective, leur conjugaison sous forme d’Intelligence Augmentée constitue le fondement du management 4.0 », conclut Bruno Saint-Cast

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : www.mondobrain.com

Ingénieur de formation (ENIM) et journaliste professionnel depuis 1981, Jean-François Prevéraud a participé à de nombreux journaux et lettres d'information (Bureau d'Etudes, CFAO Synthèse, SIT, Industrie & Technologies, Usine Nouvelle...) comme journaliste, rédacteur en chef adjoint ou rédacteur en chef.

En retraite depuis février 2017, Jean-François veut que celle-ci soit active. C’est pour cette raison qu’il reste informé de ce qui bouge dans le PLM dans son sens le plus large (CFAO, Simulation Numérique, Impression 3D, Usine du futur, Réalité virtuelle et augmentée…). Il contribue désormais à notre lettre d’information pour commenter l’actualité que nous publions ou celle qu’il a pu glaner dans les évènements qu’il continue à suivre.

Vous pouvez accéder ci-dessous à ses derniers articles.