Le 20 juin 2017

OPTIS équipe POLYAERO avec HIM, sa solution de réalité virtuelle

HIM sera utilisé pour la formation virtuelle des opérateurs à la maintenance des aéronefs

Domaines  

Le Bourget, juin 2017

OPTIS, éditeur de logiciels de simulation en réalité virtuelle, annonce aujourd’hui la signature d’un partenariat avec POLYAERO, alliance française pour la formation en maintenance aéronautique.

OPTIS équipe désormais POLYAERO avec ses solutions de simulation en réalité virtuelle pour la formation virtuelle à la maintenance des aéronefs. Les deux parties ont choisi la 52ème édition du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace de Paris-Le Bourget pour officialiser ce partenariat. La signature officielle de l'accord aura lieu le jeudi 22 Juin à 16h30 dans le Hall Concorde sur le stand POLYAERO / A03, pour la signature officielle de l’accord.

Dans le domaine de l’aéronautique, la formation des opérateurs de maintenance est fondamentale pour garantir la bonne utilisation des systèmes dans le respect des exigences réglementaires. Souvent, cette formation est un véritable défi, de par les risques au niveau de la sécurité et de par le manque de disponibilité des systèmes réels. Une solution alternative doit donc être employée pour assurer le bon entraînement des opérateurs, en toute sécurité : la réalité virtuelle, qui permet de remplacer les opérations de maintenance réelles en simulant les interactions homme-machine sur des systèmes complexes.

OPTIS et POLYAERO et signent un partenariat pédagogique
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

A la recherche d’un entraîneur virtuel à la maintenance aéronautique, POLYAERO a décidé de faire appel à OPTIS. La compagnie a développé HIM, solution de réalité virtuelle immersive qui permet d’explorer en temps réel un environnement grandeur nature.  HIM peut être utilisé comme entraineur virtuel à la maintenance, plus efficacement que les solutions de formation classiques (par exemple, les répliques d'équipements) et de façon tout aussi fiable. En effet, son moteur physiquement correct apporte le réalisme nécessaire à la simulation et aux interactions, pour recréer une expérience de maintenance la plus proche du réel possible. Cet avantage permet à HIM d’apporter une réponse complète aux besoins d'apprentissage et de pratique requis par la maintenance.  

Jusqu’à lors, de nombreux groupes industriels – et notamment des grands noms de l’aéronautique – ont déjà fait l’acquisition de cet outil. Aujourd’hui, c’est dans un objectif pédagogique que POLYAERO et OPTIS signent un accord pour la maintenance en réalité virtuelle des aéronefs. Au travers de ce partenariat, POLYAERO et OPTIS ont à cœur de former les opérateurs de demain, mais aussi d’améliorer les méthodes pédagogiques en exploitant les technologies de réalité virtuelle. L’entrainement sur HIM permettra notamment aux futurs opérateurs de bénéficier d’une immersion dans des maquettes physiquement réalistes, d’informations contextuelles, d’un risque d’erreur réduit, d’une meilleure sécurité et d’un suivi plus facile des opérations effectuées.

 « L’avantage de la réalité virtuelle réalise développée par OPTIS est qu’elle permettra aux étudiants de POLYAERO de s’entraîner à réaliser des opérations de maintenance complexes sur différents systèmes, et d’apprendre de façon sûre des gestes et des techniques qu’ils pourront réutiliser au cours de leur carrière, dans la vie réelle », commente Françoise Bonnardel, directrice de POLYAERO.

« Nous sommes très heureux de servir l’éducation et nous sommes convaincus que les étudiants de l’AEROCAMPUS peuvent tirer de réels bénéfices de l’exploitation de prototypes virtuels. La réalité virtuelle favorise en effet l’apprentissage par l’expérience, et permet de retenir beaucoup plus facilement la gestuelle et d’acquérir une vraie technicité », indique Jacques Delacour, PDG et fondateur d’OPTIS.


Plus sur OPTIS : www.optisworld.com

Partager le communiqué

Tweeter Facebook Google + Envoyer par e-mail

Abonnez-vous

Recevez deux fois par mois la synthèse de l'actualité CAO et PLM et gagnez peut-être une imprimante 3D ou une souris 3D (un tirage au sort chaque mois)