Tout sur un produit

Nous avons trouvé un communiqué sur ce produit

Le 14 février 2012

Parametric Solutions s’appuie sur NVIDIA Maximus pour améliorer la productivité de ses ingénieurs et réduire les coûts

La technologie permet aux scientifiques d'exécuter des processus ANSYS de calcul intensif tout en continuant à effectuer d'autres travaux

Domaines
Archive 2012

Paris, février 2012

Parametric Solutions Inc. (PSi) est une société de services d'ingénierie qui fait de la conception mécanique et du travail d'analyse pour une grande variété de clients, des inventeurs de tout horizon aux plus grandes sociétés mondiales. Elle travaille avec les industries de l'aérospatial, des produits de consommation, du matériel médical, de l'énergie verte, ou encore du transport. Depuis 1993, PSi s'est attaqué à divers projets axés sur tout le cycle de développement de produit, du concept initial à la fabrication. Le succès de PSi avec une telle variété de clients et d'industries peut être attribué à ses compétences de pointe en matière de conception et d'ingénierie, une expertise que la société a développé dans son principal domaine de spécialisation : la production de l'énergie et l'industrie des turbines à gaz, en particulier pour l'aviation.

Une grande partie du travail de PSi implique des analyses et conceptions complexes dans les domaines suivants : thermique, structurel, dynamique des fluides, vibrations, synthèse et optimisation cinématique. De plus, ces disciplines sont associées dans des simulations entièrement intégrées. L'équipe de plus de 70 ingénieurs de l'entreprise, dont beaucoup s'appuient sur le logiciel ANSYS, a obtenu une augmentation remarquable des performances et de la productivité avec la nouvelle technologie Maximus de NVIDIA. Cette dernière permet aux scientifiques d'exécuter des processus ANSYS de calcul intensif tout en continuant à effectuer d'autres travaux simultanément sur un seul poste de travail, comme la modélisation CAO. 


(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

« La technologie Maximus de NVIDIA se révèle être un outil extrêmement puissant pour notre manière de travailler. Avec le doublement des gains de performances que nous avons ressenti immédiatement, ce nouveau système a complètement changé notre workflow et notre productivité », a déclaré David Cusano, ingénieur en chef et codétenteur de PSi.

Psi, la recherche d’une solution de modélisation et conception souple et performante

PSi travaille avec des simulations lourdes. Par exemple, un modèle d'analyse structurelle pour une grande aube de turbine pouvait avoir entre 4 et 8 millions de degrés de liberté (DOF). Même une simulation petite et "rapide" pouvait nécessiter 2 millions de DOF.

« Les exigences de résolution pour une simulation typique sont telles qu'avant d'avoir le système Maximus, nous ne pouvions pas faire de la conception et de l'analyse sur la même machine », a affirmé Cusano. « Les analyses d'ANSYS, en particulier, exigent une telle puissance de calcul qu'il fallait des jours pour exécuter une seule analyse si nous voulions utiliser par ailleurs la machine ‐et si on ne faisait qu'exécuter l'analyse, cela immobilisait quand même le système pendant au moins 8 à 12 heures. »  

A l’époque, la solution de Psi était de mettre en place une "machine de course" distincte – équipée d’un CPU quad‐core avec huit processeurs à 3 GHz, de 16 Go de RAM, et d’aucune baie de disques pour le stockage‐ pour effectuer les travaux de calcul exigeants. Personne n'était assis à ce poste. Les ingénieurs devaient lancer les tâches à distance ou se déplacer physiquement jusqu'à la machine pour démarrer des analyses, puis revenir à leur ordinateur pour reprendre leur travail.

« Ce processus était loin d'être idéal », a souligné Cusano. « C'était une véritable corvée de devoir faire ces aller‐retour de transferts de fichiers sur le réseau. Ce n'était pas pratique non plus d'interagir sur les simulations en cours ou de les vérifier au fur et à mesure. Mais le plus gros problème était qu'il s'agissait d'une ressource partagée, de sorte que les ingénieurs ne pouvaient jamais être sûrs du moment où ils y auraient accès. S'ils avaient besoin d'effectuer une modification rapide entre la phase de conception et d'analyse, ils pouvaient être bloqués sur le moment. »

NVIDIA Maximus, la garantie des applications de conception et de simulation en simultané 

PSi a installé une configuration de pointe de NVIDIA Maximus basée sur la capacité graphique professionnelle 3D du GPU professionnel NVIDIA Quadro 6000 combinée avec la puissance de calcul parallèle du nouveau processeur compagnon Tesla ™ C2075 de NVIDIA ‐ sur une station de travail au format tour Dell Precision T7500. La technologie NVIDIA Maximus accélère les processus de calcul intensif et permet aux ingénieurs de PSi d'exécuter leurs applications de conception et de simulation simultanément sur le même poste de travail.

En règle générale, le workflow d'un ingénieur de PSI commence avec le design conceptuel d'un composant du logiciel de modélisation CAO comme Pro / E, Unigraphics, CATIA ou SolidWorks. Le modèle doit ensuite être analysé en détail pour évaluer les matériaux, la durabilité, et d'autres exigences pour ce composant. PSi utilise des modules structurels, thermiques, CFD, et cinématiques d'ANYS, ainsi que des produits similaires de MSC.

« Le système Maximus nous permet de combiner ces activités auparavant distinctes ‐ la modélisation CAO et l'analyse en calcul intensif ‐ en une seule entité sur la même machine », a indiqué Cusano. « En outre, le gain de performances permet à nos ingénieurs de disposer d'une ressource à la hauteur de leur façon de travailler. »

Par exemple, un ingénieur PSi travaillant sur un module de turbine de puissance industrielle, tel que les grandes lames qui se fixent à un énorme rotor en acier, doit effectuer diverses analyses thermiques, structurelles et de dynamique des fluides computationnelle (CFD) dans ANSYS ‐ puis doit répercuter les résultats de ce travail dans la conception des pièces. Ce processus est répétitif et fastidieux, surtout lorsque les aspects de la procédure nécessitent le déplacement de l'analyse sur différentes ressources, et une attente des résultats.

« Cet ingénieur peut maintenant faire toutes ses analyses sur son propre poste de travail environ deux fois plus vite qu'avant, grâce au GPU à la place du CPU, tout en travaillant sur la prochaine étape du processus », a déclaré Cusano.

NVIDIA Maximus, un gain de productivité important chez les ingénieurs

« Lorsque vous pouvez exécuter tout ce dont vous avez besoin sur votre propre ordinateur, vous ne risquez plus d'être à court de ressources comme auparavant, à savoir quand tout le monde était obligé de partager la même machine », a affirmé Cusano. « La technologie NVIDIA Maximus permet aux ingénieurs de PSi de contrôler leurs flux de travail plus efficacement et de rester plus productifs. »

Le doublement des performances offert par le système de PSi à base de NVIDIA Maximus fournit également un gain de productivité important.

Auparavant, la machine dédiée la plus rapide de PSi pouvait résoudre une tâche en à peu près 10 minutes par itération. Dans un processus type de 50 itérations, cela prenait 500 minutes‐soit plus de 8 heures ‐ dans le cas où la machine était mobilisée pour faire une simple analyse.

« Avec le système Maximus, nous pouvons lancer ce même processus en utilisant un poste de travail beaucoup moins coûteux ‐et d'ailleurs, le même poste de travail 'typique' peut aussi être utilisé pour d'autres tâches en même temps », a dit Cusano. « C'est incroyable de ne pas avoir à gérer les machines d'exécution dédiées, séparément du reste de nos tâches. Cela modifie la manière de travailler de notre société. »

Le doublement des performances se traduit également par des économies de coûts. Grâce aux postes de travail équipés de NVIDIA Maximus, PSi évite les coûts directs liés à l'utilisation de machines d'exécution dédiées coûteuses. De plus, la société bénéficie d'une plus grande productivité de chaque ingénieur sur son poste de travail.

« Je n'ai pas du tout envie de revenir à l'époque pré‐Maximus », a déclaré Cusano. « Cela aurait trop de conséquences sur nos performances. Le fait d'avoir doublé la vitesse d'une machine pour l'analyse et de pouvoir exécuter en parallèle d'autres applications nous donne des gains de productivité directs et impressionnants, ce qui est le cœur de métier de PSi. Les gains de productivité sont essentiels, et c'est ce que NVIDIA Maximus offre. » 

Malgré ce discours élogieux sur la plate‐forme Maximus, Cusano a répondu non lorsqu'on lui a demandé s'il la recommanderait à d'autres entreprises de son secteur. « Je n'en vanterais les mérites à aucun de nos concurrents, car je préfère garder une longueur d'avance », a‐t‐il dit avec le sourire. « Plus sérieusement, quand tout le monde aura entendu parler de ces avantages, on ne pourra pas empêcher nos concurrents de s'approprier la technologie NVIDIA Maximus. »


Plus sur NVIDIA : www.nvidia.fr

Partager le communiqué

Tweeter Facebook Google + Envoyer par e-mail