Tout sur un produit

Nous avons trouvé un communiqué sur ce produit

Le 16 novembre 2011

SGI annonce sa nouvelle génération de clusters HPC

Les clusters SGI ICE X permettent de relever les défis du calcul intensif

Domaines
Archive 2011

Frémont, Californie, novembre 2011

SGI lance aujourd’hui sa nouvelle génération de clusters de la gamme ICE. Elle permet de relever les défis du calcul intensif allant de dizaines de Teraflops aux architectures multi-petascale.
Avec les clusters SGI ICE X, il est possible de faire évoluer ses capacités de calcul sans arrêt de production, par simple ajout de rack supplémentaires, permettant de ne pas stopper des simulations déjà en cours.

La gamme SGI ICE X utilise une architecture Infiniband intégrée au rack. Les lames de calcul sont ainsi directement connectées sur le châssis Infiniband. Il utilise un interconnect de type FDR en simple ou double plan. Plusieurs topologies sont ainsi disponibles : Hypercube, hypercube avancé, « all-to-all » et « fat tree ». Chacune de ces topologies ayant l’avantage de correspondre à des modes de fonctionnement applicatifs optimisés.

Les processeurs X86 et l’environnement Linux standard (SUSE Linux Enterprise ou Red Hat Enterprise) assure un coût de possession le plus compétitif du marché. Cela permet également de démarrer d’un châssis demi-rack pour ensuite évoluer jusqu’à plusieurs centaines de racks.

SGI ICE X apporte de nombreuses améliorations par rapport à la génération précédente, incluant des options de refroidissement au niveau du noeud de calcul ainsi qu’une plus grande densité de lames permettant de supporter jusqu’à 2304 cœurs par rack (22 TFlops).

SGI ICE X supporte des alimentations indépendantes avec 14 cartes Infiniband FDR de 56Go/sec (simple et double ports). Plusieurs options de refroidissements sont disponibles : air, portes réfrigérées et à eau ambiante en boucle fermée.

Un modèle de lame unique.

Les clusters SGI ICE X utilisent une lame de calcul unique pouvant être déployée par paire en mode «sandwich» (la seconde venant par-dessus la première). Chaque rack peut intégrer jusqu’à 36 lames simples ou doubles. La configuration simple lame possède un ASIC IB FDR 36 ports avec 18 ports externes, la double lame a quant elle un ASIC IB FDR 36 ports avec 48 ports externes.

Chaque lame de calcul intègre la dernière génération de processeurs Intel Xeon E5  et de multiples options réseau FDR :

  • IP-113 lame simple : Deux processeurs Intel Xeon E5  avec 16 DIM DDR3 sur 2 sockets (8 par socket)
  • IP-115 lame double : Deux processeurs Intel Xeon E5  avec 16 DIM DDR3 sur 4 sockets (4 par socket)

Un environnement logiciel complet.

Les clusters SGI ICE X sont livrés avec deux suites logicielles : SGI Performance Suite et SGI Management Suite. Ils permettent une optimisation des performances applicatives ainsi qu’une administration simplifiée des clusters.

  • SGI Management Suite permet une surveillance très fine du cluster au niveau des lames, du châssis et du système. En utilisant une approche hiérarchique de gestion, SGI permet aux administrateurs d'optimiser les réseaux de votre serveur et les racks de calcul à la demande C’est ainsi que l’on peut : contrôler les données à différentes étapes, agréger des données pour un point de vue unique, isoler des partie du cluster pour une évolution plus facile par remplacement ou ajouts de composants.
  • SGI Performance Suite offre des outils d’optimisation des performances et des ressources, de partage de charge, de gestionnaire de tâches et de réglage très fin de la configuration applicative.

La partie stockage est assurée par l’offre SGI InfiniteStorage qui repose sur les gammes IS4600, IS5000 et IS16000. Le système de fichiers parallèles Lustre complète cette partie pour permettre d’atteindre des performances de débits et de bande passante de plusieurs dizaines de Go/sec. SGI DMF quant à lui, assure le stockage et l’archivage des Petaoctets générés par ce type de clusters.

Le centre de météorologie Norvégien vient de passer commande d’un cluster ICE X qui délivrera 275 TFlops avant la fin 2011. « NTNU et l’institut Norvégien de Météorologie (met.no) travaillent ensemble depuis plus de 20 ans avec des systèmes de simulation numérique. » annonce Roar Skalin, Directeur Informatique de met.no. « Avec notre cluster ICE X de SGI la puissance de calcul va être multipliée par 20 sans impact sur l’espace au sol »


Plus sur SGI : www.sgi.fr

Partager le communiqué

Tweeter Facebook Google + Envoyer par e-mail