Article paru dans notre lettre d'information du 22 octobre 2020

Beau comme un food-truck sur-mesure

Rares sont les jobs d’étudiants qui débouchent sur la création d’une entreprise. C’est pourtant ce qui est arrivé à Nicolas Faelli, un élève-ingénieur qui est passé des fourneaux de son food-truck à sa propre entreprise de production de véhicules de commerce ambulant sur-mesure en moins de 2 ans, avec en prime un vrai succès commercial.

De l’avant-projet 3D à la livraison clé en main, il faut compter 16 semaines pour avoir un food-truck sur-mesure. Doc : Beau comme un camion
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Il est quelque fois des idées qui s’imposent d’elles-mêmes. La création de Beau comme un camion au printemps 2019 est de celles-là. C’est tout d’abord l’histoire de deux amis d’enfance, Robin Rouja et Nicolas Faelli, nés au pays du cassoulet, Castelnaudary. Ils font une partie de leurs études ensemble, mais après le bac leurs parcours divergent. Nicolas fait des études d'ingénieur à l'ICAM Toulouse, tandis que Robin, s'oriente vers le droit et l'économie à la TSE (Toulouse School of Economics), avant d'intégrer HEC Paris en commerce.

Pour financer en partie ses études, Nicolas a l’idée de proposer de la restauration rapide sur le campus de son école d’ingénieurs. Cela devient son projet de promotion : ‘‘Les Pâtes avant les Potes’’. Pour cela, il récupère un remorque d’occasion transformée en food-truck, l’aménage sommairement, mais ergonomiquement et réussi à servir chaque jour plus de 200 repas en 1 heure, avant de rejoindre ses camarade en cours.

Motivé par ce succès, il décide de créer une remorque qui réponde à ses besoins spécifiques. « Cela a été un beau succès, mais aussi une vraie galère. Difficile en effet de trouver une remorque équipée d’une cellule facilement transformable en Food-truck, difficile aussi de trouver les équipements pour le stockage au frais, la cuisson, la préparation, la présentation. Enfin, difficile aussi de tout intégrer et connecter aux réseaux internes d’électricité, de gaz et d’eau. » En effet, outre la difficulté de l’intégration technique, il faut en permanence penser à la répartition des masses, mais surtout il faut respecter de multiples normes d’hygiène et de sécurité, ainsi qu’obtenir de multiples certifications et homologations d'organismes agréés, le tout en soignant le design pour attirer les clients.

Des points d’achoppement rédhibitoires pour de nombreux créateurs d’entreprises et restaurateurs, dont le projet s'arrête souvent avant d'avoir été finalisé, alors même que la street-food a le vent en poupe !

La prochaine étape qui vient de débuter sera le rétro-fit de camions existants. Doc : Beau comme un camion
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Créer le food-truck sur-mesure clés en main

En discutant de cette expérience avec son copain Robin, ils ont décidé d'imaginer une solution ‘‘tout-compris’’ pour simplifier cette étape stratégique.

A l’été 2018, ils se lancent et abordent le projet de manière professionnelle. Ils trouvent un fournisseur de châssis de remorques allemand, un carrossier industriel local capable de créer la cellule homologuée en panneaux sandwich qu’ils ont imaginée et esquissée avec le logiciel Solidworks de l’école de Nicolas. De la même manière, ils implantent les équipements dans un modèle 3D de la remorque. Et ils se lancent dans la réalisation de l’ensemble dans les jardins de leurs parents. Cette première réalisation va trouver preneur en avril 2019. Ils décident alors de franchir le pas et de créer leur entreprise. Ce sera Beau comme un camion !

L’idée est simple : utiliser le maximum d’éléments standard, pour aller vite et réduire les coûts, tout en laissant au futur utilisateur une grande liberté de personnalisation, afin de répondre exactement à son besoin. « En effet, on n’a pas besoin des mêmes équipements et de la même implantation selon que l’on veuille vendre du snacking, des sandwichs, des burgers, des frites, des pizzas, des poulets rôtis ou des salades. C’est pourquoi nous avons modélisé en 3D, avec l’aide d’élèves en alternance, nos différents types de cellules homologuées, ainsi que tous les équipements techniques de multiples fournisseurs. Cela, lié à notre expérience d’utilisateur, nous permet de créer en moins de 48h un avant-projet et un devis qui répondent au cahier des charges exprimé par le client et qui respectent les réglementations en vigueur. Nous pouvons aussi créer en liaison avec le carrossier industriel, une cellule totalement sur-mesure qui respecte toutes les réglementations, notamment du code de la route, et qui soit donc homologuée ».

Le client dispose alors d’un modèle 3D de son futur équipement, avec lequel il peut se familiariser. Cela lui permet de valider les équipements, les implantations et d’apporter des modifications par exemple sur le nombre et l’emplacement des prises électriques ou des points d’éclairage. « Nous lui demandons juste de figer ses choix trente jours avant que nous débutions la fabrication. Cela nous permet de lancer l’étude détaillée et de préparer la production des différents mobiliers qui sont réalisés en tôles d’inox, en aluminium ou en matériaux synthétiques. Nous confions ces travaux à l’école de production de mon école d’ingénieurs où les élèves utilisent notamment Solidworks avec ses modules tôlerie et électricité. » La production demande alors environ 12 semaines.

De la remorque au camion

Une approche et des produits qui séduisent nombre d’entrepreneurs désireux de se lancer dans le street-food. Le succès est vite au rendez-vous avec plus de 50 remorques livrées en un an aux 4 coins de la France, ainsi qu’en Belgique et à Genève. Aujourd’hui Beau comme un camion emploie déjà 8 personnes et a des projets d’avenir.

« Nous avons jusque là pu bénéficier de locaux de la CCI de Castelnaudary pour entreposer nos food-trucks et y travailler. Mais nous sommes maintenant à l’étroit, c’est pourquoi nous venons de décider de lancer la construction de 500 m² de locaux propres qui devraient être disponibles d’ici un an. Cela nous permettra aussi de développer l’aménagement de camions que nous venons de débuter. Plutôt que de nous lancer sur du véhicule neuf, nous allons profiter de notre savoir-faire en termes d’adaptabilité à des cellules existantes et de personnalisation, pour nous lancer dans le rétro-fit de véhicules d’occasion », conclut Nicolas Faelli.

Une belle aventure qui, grâce à l’expérience d’utilisateur de son co-fondateur et son savoir-faire d’ingénieur, rencontre le succès sur un marché du street-food en pleine explosion.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : https://www.beau-comme-un-camion.fr

Ingénieur de formation (ENIM) et journaliste professionnel depuis 1981, Jean-François Prevéraud a participé à de nombreux journaux et lettres d'information (Bureau d'Etudes, CFAO Synthèse, SIT, Industrie & Technologies, Usine Nouvelle...) comme journaliste, rédacteur en chef adjoint ou rédacteur en chef.

En retraite depuis février 2017, Jean-François veut que celle-ci soit active. C'est pour cette raison qu'il reste informé de ce qui bouge dans le PLM dans son sens le plus large (CFAO, Simulation Numérique, Impression 3D, Usine du futur, Réalité virtuelle et augmentée...). Il contribue désormais à notre lettre d'information pour commenter l'actualité que nous publions ou celle qu'il a pu glaner dans les événements qu'il continue à suivre.

Vous pouvez accéder ci-dessous à ses derniers articles.