Le 16 mars 2020

Simulation réactive chez SONCEBOZ grâce à CADFLOW

Interview de Dominique Thiérion, Référent Technique Plasturgie chez Sonceboz

Domaines  

Villeurbanne, mars 2020

Sonceboz, est une entreprise suisse, leader des solutions mécatroniques intelligentes de positionnement et de régulation des flux destinées à des environnements très exigeants, comme l’automobile ou le médical. L’entreprise conçoit, développe et produit des solutions sur-mesure destinées à devenir des standards mondiaux.

Comment avez-vous choisi votre outil de simulation ?

Dominique Thiérion : Nous utilisons les logiciels de Cadmould depuis 2015. A cette époque, nous étions un groupe de 5 personnes chargées de faire le choix d’un logiciel de simulation. Après avoir fait un état des lieux des solutions existantes, c’est à l’unanimité que nous avons choisi Cadmould. Ce sont ses qualités de rapidité de prise en main, de simplicité, de souplesse et d’efficacité qui ont prévalu à ce choix.

Quelles sont les spécificités des pièces fabriquées par Sonceboz ?

Dominique Thiérion : Nous sommes leader de la fabrication d’actionneurs électriques. Ces pièces sont souvent des pièces mécaniques de mouvement, utilisées dans des assemblages et/ou du surmoulage. De plus, ce sont des pièces de petites dimensions, dans des matières techniques (PPA, PPS, LCP…) résistantes à la température. Compte tenu des applications visées, nous avons des exigences dimensionnelles fortes de l’ordre du 1/100ème.

Notre préoccupation principale réside dans la reproductibilité. En effet, s’il est relativement simple de fabriquer 10 pièces aux exigences dimensionnelles précises, il est autrement plus compliqué de fabriquer des millions de pièces avec ces mêmes exigences. C’est là que la nécessité de bien étudier la pièce en amont de sa fabrication prend toute son utilité.

D’où l’utilisation d’un logiciel de simulation…

Dominique Thiérion : Exactement. Dans notre processus de développement, Cadmould nous aide à concevoir et optimiser le plus tôt possible nos pièces en plastique. Dès les premières esquisses de pièces, nous orientons les concepteurs en leur donnant des supports de conception qui doivent permettre d’anticiper les problèmes futurs. Au moment des moules "proto", les approches rhéologiques nous permettent de fixer les choix matières, les positionnements de point d’injection, les lignes de soudure, les dimensionnels et d’anticiper les déformations. A ce stade et par la simulation, nous arrivons à obtenir des pièces bonnes, utilisables.

Simulation réactive chez SONCEBOZ grâce à CADFLOW
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

J’imagine que vous utilisez aussi Cadmould lors de la phase "série"

Dominique Thiérion : Bien entendu, lors de cette phase nous recherchons à être encore plus précis dans nos dimensionnels. C’est aussi à ce moment-là que nous allons nous pencher sur les éventuels problèmes mécaniques ou thermiques. Certaines de nos pièces sont en mouvement, il faut donc qu’elles soient capables de résister aux efforts liés à leur fonction. Cadmould nous aide ici à optimiser la qualité des futures pièces en recherchant leurs points faibles.

En matière de thermique, c’est la même chose, Cadmould apporte des informations déterminantes quant au refroidissement du moule (quantité et positionnement des circuits de refroidissement). Nous utilisons aussi le logiciel Varimos virtuel, gestion de plans d’expériences de Cadmould. Par ce biais, nous anticipons les dimensions de la pièce en fonction des paramètres d’injection.

From mind to motion, (De l’idée au mouvement), c’est votre slogan, l’appliquez-vous à l’utilisation des logiciels ?

Dominique Thiérion : Oui, nous utilisons Cadmould à tous les stades de nos développements. Dès les tous premiers concepts, j’utilise Cadmould pour guider mes collègues vers un design optimum à la source. Mais nous reprenons aussi des pièces anciennes, développées avant 2015 (date d’acquisition du logiciel Cadmould), pour les optimiser, et pour tenter d’apporter des solutions à des problématiques rencontrées en production, liées au remplissage, au refroidissement ou des problèmes de résistance mécanique. Ainsi, Cadmould nous accompagne dans toutes les phases d’optimisation de nos pièces.

N’est-ce pas trop lourd et trop long de faire toutes ces simulations ?

Dominique Thiérion : Je vous disais en début d’entretien que nous avons choisi Cadmould pour sa souplesse d’utilisation. Cet outil peut être utilisé de différentes manières. C’est ce qui en fait sa force, et c’est ce que nous faisons. On lance des simulations lourdes, longues et complexes lorsque nous voulons finaliser et confirmer nos choix. Ces simulations seront plutôt utilisées en fin de conception lorsque tous les paramètres d’injection auront été optimisés.

Mais, on utilise aussi Cadmould pour une somme de petites optimisations intermédiaires, sur des paramètres précis, à la recherche d’un résultat particulier. L’outil est assez souple pour permettre de lancer jusqu’à 5 simulations différentes en parallèle. Tous ces calculs, toutes ces conclusions partielles pourront être inclues, in fine, dans une simulation globale finale.

 


Plus sur Cadflow : www.cadflow.fr

Partager le communiqué

Tweeter Facebook Envoyer par e-mail

Recommandé

Abonnez-vous

Recevez deux fois par mois la synthèse de l'actualité CAO et PLM et gagnez peut-être une imprimante 3D ou une souris 3D (un tirage au sort chaque mois)